Le Bicéphale est un nom. Celui de deux artistes multidisciplinaires réunis dans le principe d'appartenir à une volonté commune.
       Le Bicéphale est aussi un lieu. Celui du travail qui les occupe, des notions qu'ils échangent et des choix artistiques qu'ils proposent à travers leurs expositions.



Leurs expositions  s'inscrivent dans la lignée des artistes que les valeurs rapprochent, en lien avec une conception de l'art dont l'histoire fait partie de l'héritage commun.
Par le biais de la scénographie ou de l'installation, ils s'interrogent sur le pouvoir évocateur d'objets ordinaires ou de matériaux insolites qu'ils utilisent comme des ponts afin de relier les oeuvres entre elles.
Apporter une touche d'humour. Apprendre à renouveler dans un espace ses propres contraintes, le Bicéphale est ainsi l'occasion de réfléchir à son travail tout en acceptant de porter un regard sur celui de l'autre. Il admet cette ambiguïté consistant à vouloir protéger une partie de soi tout en cherchant à l'oublier. Il met en adéquation deux regards pour n'en faire qu'un seul mais en refuse la fusion, conscient qu'il lui sera toujours bénéfique de dissocier les deux.




                                                                                     
                                                                                                                                                              Autoportraits
 
- Installation - 2018                            
             

Nous travaillons dans un premier temps de manière individuelle pour croiser le résultat de nos recherches par la suite. 
Nous tentons de mettre en évidence les interactions possibles entre nos travaux afin de faire émerger le langage visuel que nous adopterons pour la présentation d'une oeuvre commune.
  
            
               
                                   Faire circuler le sang - 
Peinture, chariot devant - 2018    

          
Un vieux chariot ayant servi anciennement aux transport des claies à pruneaux nous avait séduits. Sans trouver satisfaction, nous avons espéré durant quelques jours qu'il aurait pu servir de socle à une des "cornes" en sculpture céramique qui venait d'être réalisées. En remarquant ce tableau appuyé contre un mur, nous avons vu que l'armature du chariot pouvait prendre l'apparence visuelle d'un cadre. C'est ainsi que nous lui avons donné ce second rôle d'objet immobile  dont les lignes horizontales et verticales se mêlant aux diagonales pouvaient nous donner  l'illusion d'un point de fuite.



                                                                                                  *


                                                     
                                                             
                                                                                                            Les Lagomorphes - Huile et goudron sur bois - 2018



Série "Bolis" - porcelaine émaillée -
 
   
   Les séries  des  Lagomorphes et     des Bolis se sont rejointes dans     une thématique commune dont     le sujet central  était  la forme     animale déclinée à l'extrême et     se  rapprochant  le plus souvent     d'une  boule.  Les  Lagomorphes    ont été traités dans un mélange    fluide  de peinture  à  l'huile et    de goudron noir avec la volonté     de se rapprocher des vertus  de     l'aquarelle.  Les   Bolis  ont une     connotation   toute   différente.    Evoquant  bien sur les  fétiches     de  certaines sociétés africaines     ils   ont     été      réalisés     en     porcelaine  émaillée et  remplis de ciment blanc. Ils donnent par leur poids un sentiment  d'enracinement et  de  stabilité.  Leur  brillance  et leur douceur au toucher ont favorisé un rapprochement propice  entre les deux séries.                                  




                                                                                        
                                                                                                   *



       
              Rhizomes - Grès et porcelaine, oxydes, émail                                                                       Paysage trompant - Zinc, papier, goudron noir


D'un côté, des courbes de matière s'entremêlent alors que de l'autre ce sont les lettres qui s'enchevêtrent.
D'un côté, les lignes circulent et dessinent leur tracé tout en formant des mots en même temps que ces espaces vides qu'elles créent entre elles. De l'autre ce sont les bandelettes de grès juxtaposées à celles de porcelaine qui forment un autre langage poétique: la sculpture.
Porcelaine et grès contre zinc et papier. Dense/aérien, opaque/transparent, coloré/naturel.
Deux oeuvres qui se confondent et que tout semblait vouloir opposer.


                                                                                                     *


                                                                                 
                                                                                                                                                                             Diodons -
Grès et porcelaine émaillée


Piscine et sentiments - Technique mixte/bois - 240x240 cm   
 
                         
  Emprisonnée  dans  "Piscines  et  sentiments",    l'eau  affleure  les  lignes irrégulières  peintes    dans   un   mélange  saturé  de   vernis  et  de    peinture   à  l'huile.  Le  fond  et  le sujet sont    traités  de  la   même  façon, à  grands  coups    de brosse: la  piscine  pourrait  flotter  à  son    tour  dans un  univers  qui  la  dépasse et dont    on  n'hésite  à  penser qu'il  s'agirait   d'air  ou    d'eau.  Une   diagonale   la  divise  simplement    sans  donner  d'issue.  Les Diodons  participent    de la même ambiguïté puisqu'ils  peuvent à  la    fois  se   gonfler   d'air  ou  d'eau  lorsqu'ils  se    sentent menacés.  Mais   ceux-ci   en  ont  une    autre: autant leur base  de grès  parait solide,    invulnérable,   autant   la   couronne  qui   les    recouvre    paraît   éphémère.   Parsemée  de    cavités,   ses    piquants    ont   pratiquement    disparu  mais laissent encore apparaître çà et     là  les  traces d'un ancien  combat. 




                                                                                                      *



                                                               
                                                                                         Le jardin des miroirs
- Installation- 100x100x200  cm


Le jardin des miroirs fait partie d'une série "d'aquariums" réalisés en 2017 dont la thématique était celle du Passage. Des références au personnage de Narcisse traduisent son passage de la vie à la mort par la représentation d'une tombe de miroirs. On retrouve incrustées dans les colonnes de terre crûe posées sur sa tombe, les fleurs désséchées portant son nom. Un livre composé de feuilles de plexiglas et posé sur un lutrin rapporte son mythe alors qu'au sol, dessiné au fusain, l'esprit d'un chien de chasse erre autour de sa tombe.


                                                                                                *