Passerelles d'images, connexions exaltées, les œuvres d'art qui seront présentées au Grenier du Chapitre à Cahors mettront en avant la singularité d'un couple d'artistes aux allures de bicéphale.
Sorte d'avatar multidisciplinaire, Pauline Jurquet et Benoit Rouer ont participé de cette lente maturation qui en a fait aujourd'hui deux artistes hors champ .
Céramiste, héritière des Giuseppe Penone et autres figures emblématiques de l'Arte Povera, Pauline Jurquet rencontre Jacqueline Lerat en 2001 et s'installe dans son atelier à Trentels, dans le Lot Garonne. Elle y explore l'indéfectible lien qui l'unit à la terre tout en s'attaquant au travail difficile de la conjugaison du grès et de la porcelaine.
Dans une peinture « aggravée de littérature » comme il se plaît à le souligner, son compagnon Benoit Rouer poursuit en 1984 des études de lettres à l'Université du Québec de Montréal. Peintre de la solitude et des espaces méditatifs, il oppose à une matière brute des images dépouillées en résonance à certains poètes issus du mouvement symboliste et naturaliste tels que Rainer Maria Rilke ou encore Henri David Thoreau.
Les deux artistes seront exposés au Grenier du chapitre à Cahors du 9 au 29 mai 2019 (Du mercredi au samedi 11h-18h. Dimanche 14h-18h ).